Gurū Amar Dās (1479-1574)

Amar Dās est déjà agé et riche d'une longue quête spirituelle lorsqu'il rencontre Gurū Angad et s'en fait le disciple. Il sert son maître avec une fidélité et une dévotion profondes. On raconte qu'il se levait chaque nuit, marchait de nombreux kilomètres pour aller au milieu d'une rivière puiser l'eau la plus pure pour l'usage de Gurū Angad.

Son maître le désigna comme son successeur peu avant sa mort en 1552.

Gurū Amar Dās doit faire face à une violente opposition du fils de Gurū Angad. Il choisit donc d'établir la communauté dans un petit village du Penjab, Goinwal, où un nombre croissant de disciples le rejoignent. De là, il crée des missions locales pour les communautés Sikh éloignées. Il compose de nombreux chants, dont l'Anand Sāhib, "l'Hymne de la Félicité". Il insiste sur l'égalité entre tous, au-delà des frontières entre castes, religions, etc. Il établit le Langar (cuisine communautaire) comme insitution. On raconte que même le grand empereur moghol Akhbar se rendit à la cour du Gurū et en fut très impressionné, insistant pour se restaurer au langar.

Gurū Amar Dās insista aussi sur l'égalité entre hommes et femmes, éduquant la population pour que les pratiques défavorables au femmes, comme le Sati (suicide des veuves), l'infanticide de filles, le Purdah (confinement à la maison) ou encore la dôt soient abandonnées.

Gurū Amar Dās célébra le mariage de sa propre fille, Bibi Bānī, avec un jeune disciple qu'il choisit pour lui succéder, et qui deviendra Gurū Rām Dās.

>

♫ Le Rāg Dhanāsrī

Le Rāg (ou raga, composition traditionnelle de la musique indienne) Dhanāsrī donne l'impression de ne plus avoir aucun souci. On y trouve un sentiment de contentement et de richesse des choses qui sont dans notre vie, et donne à l'auditeur une attitude positive et optimiste quant à l'avenir.